Publications récentes de CABRI
GFP blog

Les ministères des Finances au 21e siècle

5 juin 2015

Les ministères des Finances du monde entier ont un certain nombre de choses en commun. Ils sont les gardiens des finances publiques d'un pays. Ils gèrent également des processus politiques complexes et attirent souvent des personnes brillantes. Sans surprise, le travail d'un fonctionnaire du ministère des Finances ne se prête guère à la popularité ou aux amis au sein de la fraternité du service public. Cela peut expliquer pourquoi, lorsque de hauts fonctionnaires du budget provenant d'un large éventail de pays se réunissent, ils ont beaucoup à échanger.

Étonnamment, peu d’écrits ont vu le jour sur la façon dont les ministères des Finances fonctionnent, évoluent, et s'adaptent aux défis toujours en constante évolution. Dans le cadre d'une collaboration plus large, trois institutions travaillant actuellement sur les capacités (CABRI, ODI et le Trésor national sud-africain) ont coorganisé une conférence sur le thème « les ministères des Finances au 21e siècle » à Johannesbourg, le 25 et 26 mars 2015. Cinquante-cinq participants de gouvernements, des partenaires bilatéraux et multilatéraux de développement et d'autres organisations2 ont partagé leurs expériences provenant de plus de 20 pays sur la façon dont les ministères des Finances fonctionnent en tant qu’organisations, et comment ils pourraient s'améliorer.

Voici quelques faits saillants.

Quelles sont les capacités dont un ministère des finances a besoin ?

De récentes recherches menées par les points ODI3 sur quatre types de capacités : analyse, prestation, réglementation et coordination. Différentes tâches nécessitent différentes combinaisons de ces capacités.

Les capacités analytiques décrivent la capacité d'un organisme à digérer et à traiter l'information et à le transformer en conseils et en décisions politiques. Les capacités de prestation se réfèrent à la production de résultats clés en temps opportun, tels que le budget, le recouvrement des recettes et le versement des paiements. Les capacités de coordination sont les capacités à gérer les activités d'autres organismes du gouvernement pour obtenir certains produits et les résultats. Enfin, les capacités réglementaires sont les capacités à contrôler la production de certains services fournis par des tiers.

Le pouvoir et la force des ministères des Finances

La conférence de Johannesbourg a reconnu qu'un poste au ministère des Finances provient du sérieux, du niveau éthique et de l'autorité. Le pouvoir des fonctionnaires de dire « non » et parfois « oui » leur apporte le respect, voir une grande popularité. Pourtant, les fonctionnaires du ministère des Finances sont très dépendants des autres pour accomplir leur travail, ce qui fait que la capacité à extraire les informations essentielles des ministères compétents est un défi de carrière crucial. Construire des relations informelles avec leurs homologues des ministères compétents est aussi important que l'engagement à travers les structures formelles. Parfois, les ministères des Finances se doivent d'être de bons narrateurs, autant que les gardiens de données budgétaires objectives.
L'examen des capacités dans le secteur public ne se limite pas aux ministères des Finances. Les participants ont partagé leurs expériences sur  la répartition inégale des compétences pour formuler et analyser de nouvelles politiques au sein du gouvernement, et pour déterminer comment résoudre ces questions. Dans certains cas, les ministères des Finances utilisent les allocations budgétaires pour orienter la politique et, dans d'autres cas, ils prennent les décisions politiques eux-mêmes pour combler un vide politique. Idéalement, des capacités suffisantes pour l'analyse de la politique doivent être développées au sein du gouvernement et non uniquement dans les ministères des Finances.

La tension fiscale est-elle le moteur de l'innovation ?

Beaucoup de débats ont eu lieu pour déterminer si la tension fiscale est un moteur de l'innovation. Les pays ont établi un lien avec leurs diverses expériences. En période d'abondance, on dispose de temps pour réfléchir, mais souvent l'innovation n'a pas lieu, car il n'y a pas de problèmes budgétaires urgents à résoudre. En période de tension, il y a assez d’espace pour agir, mais il n'y a pas toujours assez de temps pour penser à la meilleure façon d'innover. Les inefficacités accumulées pendant les périodes d'abondance et les conséquences de ces inefficacités se matérialisent en période de tension.

Ce dilemme soulève plusieurs questions qui ont été discutées lors de la conférence. Comment les ministères des Finances utilisent-is les périodes d'abondance pour les aider à se préparer aux périodes de tension ? Comment doivent-ils utiliser les périodes de tension comme des opportunités pour innover ? Quel espace les politiciens doivent-ils laisser aux fonctionnaires des finances pour développer des idées et des politiques novatrices, en plus d'effectuer des tâches administratives de routine ? Comment les fonctionnaires des finances peuvent-ils utiliser les périodes d'abondance pour construire une relation plus forte et plus coopérative avec les ministères compétents en période d'abondance, et maintenir ces relations en période de tension ?

La conférence a mis en évidence les domaines de capacité qui sont importants, pertinents et sous-développés. CABRI et ODI entreprendront conjointement des travaux supplémentaires pour soutenir les capacités des ministères des Finances. Pour plus d'informations sur la conférence des « ministères des Finances au 21e siècle », veuillez vous rendre sur les sites Web de conférence de CABRI et ODI .
Publié par Aarti Shah et Neil Cole1
Ce blog a été publié en Anglais sur le site du FMI.
 
Remarque : Les dessins font partie d'une collection de sept dessins par Andy Mason du Azania Mania Art Kolektiv pour saisir les principaux points soulevés lors de la conférence. Cette conférence a été en partie financée avec l'aide du Royaume-Uni, grâce au peuple britannique.

Souscrire à la newsletter de CABRI