Publications récentes de CABRI
GFP blog

Financement et achat des vaccins anti-COVID-19 en Afrique : où trouver l’argent ?

19 février 2021
Vaccine Image For Blog

Photo: Daily Maverick

Pour les nations les plus riches qui ont pu mobiliser des ressources pour assurer un accès rapide aux vaccins anti-COVID-19, le premier semestre de 2021 marquera le début de la fin de la pandémie. La couverture vaccinale dans les pays africains a démarré lentement, principalement en raison de contraintes budgétaires ; seuls la Guinée[1], l’Égypte, Maurice, le Maroc, le Rwanda et les Seychelles avaient commencé à déployer leurs programmes de vaccination à la mi-février 2021, le programme de l’Afrique du Sud ayant été interrompu en raison de préoccupations concernant l’efficacité du vaccin AstraZeneca contre la variante 501Y.V2 du virus[2] (COVID-19 PF Response Monitor). Une large distribution de vaccins n’est pas prévue en Afrique avant 2022 ou même 2023.

En Afrique, outre son coût en vies humaines, la pandémie de COVID-19 a également causé des ravages économiques à mesure que les pays étaient temporairement contraints de fermer leurs économies, ce qui a entraîné une perte de revenus liée aux impôts, aux investissements directs étrangers, aux transferts de fonds et au tourisme. La vaccination contre la COVID-19 est donc une mesure essentielle, voire la plus efficace, pour atténuer les pertes de vies humaines et les perturbations économiques. Toutefois, l’achat et l’administration du vaccin sont un exercice coûteux et surviennent à un moment où les gouvernements africains disposent d’une marge de manœuvre fiscale encore plus réduite que d’habitude.

Si la communauté internationale, en particulier la Banque mondiale et la Fondation Bill et Melinda Gates, ont apporté des contributions importantes au financement du vaccin, il reste un important déficit de financement à combler par l’affectation et la réaffectation des ressources nationales. Toutefois, en raison de contraintes budgétaires et de mécanismes de planification inadéquats, de nombreux gouvernements africains dépendent exclusivement de partenaires extérieurs pour financer et fournir le vaccin. Compte tenu de l’augmentation des coûts sanitaires et des contraintes de financement dans le monde entier, les partenaires de développement bilatéraux et multilatéraux traditionnels ne seront probablement pas en mesure de financer entièrement les programmes de vaccination dans les pays africains au cours des deux prochaines années ou des années ultérieures. Il est donc crucial que les gouvernements africains envisagent des moyens de financer et de distribuer ce nouveau vaccin de manière indépendante, à court et à moyen terme.

Tout au long de la crise, les pays ont réagi en réaffectant les fonds programmés afin de répondre à la crise. On s’attendrait à ce que ce soit également le cas pour le financement du vaccin, mais ce n’est pas ce qui a été observé. Le gouvernement de l’Ouganda a indiqué qu’il achèterait 18 millions de vaccins anti-COVID-19 au Serum Institute of India. Depuis le début de la pandémie, l’Ouganda a adopté deux budgets COVID-19 supplémentaires et un budget annuel, mais aucun d’entre eux ne prévoit le financement du vaccin. Le projet de déclaration de politique budgétaire du Kenya pour 2021, publié le 25 janvier 2021, ne mentionne pas le financement du vaccin. Au Nigeria, le ministère des Finances, du Budget et de la Planification nationale a débloqué 10 milliards de nairas (26,27 millions de dollars) pour soutenir la production nationale de vaccins, mais le ministre Zainab Ahmed a déclaré que le budget 2021 ne prévoyait aucune disposition pour financer l’achat de vaccins anti-COVID-19. De manière quelque peu rassurante, le ministre nigérian des Finances a exprimé l’engagement de l’Assemblée nationale à fournir un budget supplémentaire pour des dépenses additionnelles en vaccins anti-COVID-19, si nécessaire. L’Afrique du Sud n’a pas révélé comment elle financera ses achats de vaccins, ni dans le budget d’urgence COVID-19 en juin ni dans le budget ajusté en octobre ; cette information devrait figurer dans le budget de février 2021, seulement après la première livraison (malheureuse) de vaccins. Le Zimbabwe est l’un des pays qui a clairement prévu dans le budget le financement des vaccins. George Guvamatanga, secrétaire du ministère des Finances, a déclaré que le gouvernement utiliserait les fonds d’un excédent budgétaire de 2020 et réaffecterait une partie du budget de cette année à l’achat des vaccins. Le gouvernement a mis de côté 100 millions de dollars pour les vaccins afin d’acheter 20 millions de doses de vaccin pour immuniser 60 % de la population (COVID-19 PF Response Monitor).

Cette tendance est préoccupante étant donné que les gouvernements savaient depuis le début de la pandémie qu’ils devraient allouer des ressources nationales pour couvrir les coûts associés à un vaccin ; compte tenu des possibilités limitées d’accroître la marge de manœuvre budgétaire pour la santé, les réaffectations budgétaires étaient inévitables. Si les gouvernements n’abordent pas avec prudence et prévoyance le processus de redéfinition des priorités, d’autres dépenses prioritaires pourraient en pâtir, notamment d’autres programmes de santé. S’il est abordé avec soin et avec suffisamment de temps, l’exercice de redéfinition des priorités peut être bénéfique pour l’économie dans son ensemble. Les gouvernements pourraient saisir cette occasion pour réévaluer les décisions de dépenses et réaffecter des fonds destinés à des domaines non prioritaires ou à des projets déficitaires. Les gouvernements qui ne disposent pas d’un plan et d’un budget clairs peuvent également être précipités dans des décisions hâtives quant à qui devrait recevoir le vaccin plutôt que de suivre des directives fondées sur des données probantes pour une distribution équitable. Garantir la disponibilité rapide des fonds aurait également augmenté les chances des pays de recevoir le vaccin rapidement et à un prix raisonnable. Les fabricants ont déjà du mal à fournir le vaccin conformément aux demandes des pays développés ayant signé des accords d’achat en 2020. Par ailleurs, bon nombre des accords existants exigent des fabricants qu’ils fournissent le vaccin à leur prix de revient ; une fois le stock des vaccins initiaux épuisé, il est probable qu’une augmentation de la demande entraînera une guerre d’enchères et une hausse des prix.

Un prochain article de CABRI, alimenté par les données recueillies pour le COVID-19 Public Finance Response Monitor de CABRI, offre un aperçu du paysage du financement des vaccins anti-COVID-19 et de la manière dont les accords d’achat et de distribution sont décidés à travers le continent africain. Cela devrait aider les praticiens et les décideurs politiques confrontés au défi de savoir comment payer, acheter et distribuer les vaccins anti-COVID-19, et faciliter l’apprentissage transnational parmi les praticiens de la GFP et de la santé. Ces informations seront utiles pour les nombreux pays africains qui n’ont pas encore commencé à acheter un vaccin anti-COVID-19 directement ou par leurs propres moyens, et pour ceux qui auront besoin de beaucoup plus de doses qu’ils n’en ont déjà obtenu.

[1] La Guinée est le seul pays à faible revenu qui a procédé à des vaccinations, n’administrant des doses du vaccin russe Spoutnik qu’à 25 personnes, dont son président (https://www.theguardian.com/so...)

[2] La décision récente du gouvernement sud-africain de faire don de son million de doses de vaccin AstraZeneca au programme coordonné de vaccination de l’Union africaine s’aligne bien sur les objectifs du programme continental d’achat de vaccins. Ces doses peuvent désormais être distribuées aux pays qui ne connaissent pas de cas du variant 501Y.V2 du virus.

Souscrire à la newsletter de CABRI