Publications récentes de CABRI
GFP blog

Principales conclusions de la troisième réunion d'engagement du réseau des gestionnaires de la dette publique africaine organisée par CABRI

15 juillet 2021
Network Engagement

Le 7 juin 2021, l ‘initiative africaine concertée sur la réforme budgétaire (CABRI) a accueilli les gestionnaires de la dette publique de 20 pays d'Afrique à la troisième réunion d'engagement du réseau des gestionnaires de la dette publique africaine. Soumis à de nombreuses interventions politiques en 2020, les gestionnaires de la dette publique en Afrique sont maintenant confrontés à d'énormes surendettements et à des besoins d'emprunts annuels élevés. Certains pays ont réussi à stabiliser les émissions de dette, d'autres sont encore confrontés à plusieurs défis posés par des niveaux d'endettement plus élevés.

Les principales conclusions des discussions sont les suivantes :

1. Les pays africains sont confrontés à des défis différents avec les partenaires traditionnels et non traditionnels en ce qui concerne les conditions générales.

Bien que les capacités de reporting et d'analyse concernant la gestion des conditions financières des accords de prêt soient solides, les pays connaissent souvent des retards dans les projets d'infrastructure, en raison des conditions suspensives (CP) intégrées dans certains accords de financement avec les prêteurs traditionnels.

Les prêteurs non traditionnels, comme les agences de crédit à l'exportation (ACE), ne sont parfois pas assez flexibles, selon l'agence ACE, en termes de structures de coûts.

L'objectif des engagements réguliers du réseau entre les gestionnaires de la dette publique en Afrique est d'établir une voix commune pour soulever et traiter les questions d'intérêt commun avec les créanciers ou les investisseurs.

2. L'accès aux marchés internationaux des capitaux d'emprunt est plus judicieux pour certains pays africains, comme l'ont noté les intervenants du Ghana, de la Côte d'Ivoire et du Bénin.

Les clauses de défaut croisé dans les prêts commerciaux et la part plus faible de la dette bilatérale dans les portefeuilles de la dette publique, signifient que les interventions internationales telles que l'initiative de suspension du service de la dette du G20 (DSSI) n'ont pas été considérées favorablement par de nombreux pays. Au lieu de cela, le Gouvernement du Ghana a choisi de créer un espace budgétaire en introduisant des mesures relatives aux recettes et aux dépenses et en émettant davantage de dette extérieure. La baisse des taux d'intérêt extérieurs, qui réduit le coût moyen pondéré des emprunts, a fait de l'émission d'une dette extérieure plus importante une stratégie judicieuse.

La Côte d'Ivoire était également en bonne position pour émettre des euro-obligations en raison d'indicateurs macroéconomiques plus solides, localement, ainsi que du travail de fond qu'elle a effectué en termes d'analyse des marchés, de maintien des notations de crédit et d'un solide programme de gestion des investisseurs, ce qui a eu un impact positif sur la confiance des investisseurs.

La réponse du Bénin à la COVID-19 a consisté à tirer parti des initiatives de réformes du gouvernement depuis 2016. Cela a conduit à la mise en œuvre de stratégies prudentes de gestion de la dette et à une approche plus proactive en termes de consolidation des niveaux d'endettement, de diversification des instruments de financement et d'atténuation des risques auxquels est confronté le portefeuille de la dette. Leur récente émission d'euro-obligations en 2021 a été considérée comme un grand succès. Il est essentiel de trouver de l'argent frais à de meilleures conditions.

3. D'autres pays, comme le Nigéria, ont souligné l'importance de développer des marchés locaux de capitaux d'emprunt pour les besoins de financement et de gérer activement le portefeuille de la dette publique.

Le Nigéria a décrit son expérience en matière de développement des marchés locaux comme une expérience d'apprentissage, qui évolue avec le temps. Le Nigéria a entrepris plusieurs initiatives depuis 2007 pour soutenir le développement des marchés de la dette nationale. Le Debt Management Office (DMO) a pris l'initiative et s'est fait le champion du processus en créant un département de développement du marché en 2007. En prenant l'initiative, le département s'est engagé activement auprès des parties prenantes, telles que les régulateurs, les investisseurs et les médias, a identifié les besoins en développement, a réussi à instaurer la confiance et à conserver la confiance dans les systèmes de gestion financière du gouvernement et à obtenir l'adhésion et le soutien des parties prenantes au développement des marchés locaux de capitaux de la dette au Nigéria. Il s'agit toutefois d'un processus continu, car les engagements et les développements se poursuivent. Des progrès significatifs ont été réalisés dans le développement de l'infrastructure du marché. Une plateforme de négociation, permettant de mieux découvrir les prix et d'enregistrer les transactions, a approfondi le marché et l'a rendu plus transparent. En développant et en maintenant des systèmes financiers solides, le Nigéria a pu conserver sa cote de crédit.

4. La Zambie est au milieu de son processus de restructuration de la dette souveraine, qui a débuté en 2019 et a récemment reçu des réactions positives de la part des créanciers et des investisseurs.

La crise COVID-19 a exacerbé les problèmes d'endettement existants et, en réponse, la Zambie a décidé de solliciter le programme d'allègement de la dette de la DSSI. Pour réduire l'impact sur le budget, la Zambie a réussi à créer un espace budgétaire en réduisant la portée des projets existants et en annulant les parts non décaissées des prêts (1,1 milliard de dollars d'économies). La Zambie a également demandé un allègement de sa dette au titre du cadre commun du G20, mais ce processus est encore dans sa phase initiale et en cours. La Zambie continue d'accumuler des arriérés par le biais de paiements impayés du principal et des intérêts sur l'encours de la dette (fin 2020, les arriérés s'élèvent à 841 millions de dollars US). Des progrès substantiels ont été réalisés dans les discussions avec le Fonds monétaire international (FMI). Le gouvernement zambien considère le programme du FMI comme la base du processus de restructuration de sa dette. La plupart des créanciers souhaitent également que la Zambie obtienne le soutien du FMI avant que les négociations puissent progresser. La Zambie a récemment bénéficié de réactions positives de la part des créanciers et d'une participation active des investisseurs extérieurs sur les marchés locaux. Le gouvernement prévoit qu'une grande partie du travail de restructuration commencera en septembre, après les élections.

5. L'Égypte a fait des progrès significatifs dans le développement des marchés de la dette intérieure et de l'accès aux marchés de la dette extérieure.

La courbe des taux s'est normalisée (elle est davantage orientée vers le haut), le gouvernement a augmenté ses émissions sur les marchés nationaux et le Parlement a récemment approuvé l'émission d'une nouvelle obligation Sukuk. L'Égypte a également émis avec succès sa première obligation verte souveraine en USD, d'un montant de 750 millions de dollars sur cinq ans, sur les marchés internationaux de la dette. Les émissions d'obligations vertes ont connu un grand succès, et les recettes ont été principalement destinées à financer des projets de transport et de gestion durable de l'eau. L'Égypte dispose d'un cadre de financement vert qui couvre 7 catégories économiques dans son plan pour les objectifs de développement durable (ODD). L'Égypte recommande à tous les pays africains d'envisager l'émission d'obligations vertes.

La réunion a pris fin avec une prise de conscience et sur le besoin de continuer à engager et à coopérer avec des gestionnaires de la dette publique. Le prochain dialogue politique de CABRI qui s'est tenu les 6 et 7 juillet 2021 était axé sur le rehaussement et la gestion de la dette publique post-COVID.

Souscrire à la newsletter de CABRI